Identifier les buts de la pratique

    Les pratiquants d’aïkido devraient régulièrement reconsidérer les activités et évènements de leur quotidien pour identifier les zones de danger ou les faiblesses qui réclament leur attention.   Voici un exemple spécifique. Les äikidokas par moment voient des imperfections dans leur art en comparaison d’autres arts martiaux. Il est alors tentant de débattre des scenarii du type “que se passerait-il si…” en discutant sur l’efficacité des techniques d’aïkido. Mais nous entraînons-nous réellement dans le but de pouvoir battre un champion de karaté, un boxeur professionnel ou un lutteur olympique ? Comment le fait de canaliser notre énergie vers de tels buts nous aidera-t-il dans la vie à nous préparer pour le type d’attaques auxquelles nous pourrions être confrontés ? Il n’y a pas vraiment de manière de classifier les arts dans un ordre hiérarchique d’efficacité car il n’existe pas de mesure objective permettant de comparer leurs mérites. Cet exercice mental peut fournir du grain à moudre sur les forums de discussion, mais la nature hypothétique de tout comparatif ne peut amener que des conclusions purement spéculatives. Ainsi, nous ne devrions pas croire que notre entraînement régulier est une perte de temps sous prétexte que notre adresse en aïkido pourrait ne pas nous permettre de rivaliser avec un combattant professionnel. Si c’était réellement notre but, l’aïkido ne devrait pas être notre premier choix pour l’entraînement. Cela ne veut pas dire qu’il faille aborder l’aïkido à l’aveuglette ni se contenter de résultats médiocres. L’idée, c’est que notre but principal devrait être de protéger notre vie, notre liberté et notre propriété, pas de vaincre un adversaire lors d’une compétition.

 

Des scenarii réalistes

Supposons qu’une étude de notre environnement nous amène à conclure que nous risquons réellement de subir à un moment ou un autre une attaque physique imprévue. Nous pourrions être surpris en descendant la rue, en conduisant une voiture, voire à domicile. Dans notre monde réel, l’attaquant à de bonnes chances de manier une arme à feu ou un couteau et pourrait même avoir un ou plusieurs complices.

L’effet de surprise est l’un des facteurs principaux de succès de ce type d’attaque aléatoire. C’est moins la sophistication de l’attaque que le fait d’avoir été surpris la garde baissée qui est la cause des blessures ou du décès de la victime.

Comme nous ne pouvons pas savoir par avance la nature exacte d’une attaque imprévue, ni même si nous étions un jour l’objet d’une telle attaque, ce dont nous avons besoin c’est d’un certain niveau de préparation psychologique plutôt que de la connaissance de techniques de défense spécifiques. Nous devons développer un état permanent de vigilance et être capables de répondre instinctivement à une menace inattendue. Nous devons devenir des individus bien portants, souples, et bien préparés, capables de s’adapter à l’adversité.